Face aux journalistes

Entretien du 13/10/12 par Valérie Debieux de La Cause Littéraire

http://www.lacauselitteraire.fr/

" « La Cause Littéraire » est un site dédié à la littérature, aux écrivains, connus ou moins connus, aux formes d’écriture diverses, aux voies de réflexion et de création originales, aux approches novatrices de la chose écrite. Notre équipe est constituée d’abord de passionnés : la littérature est le lien qui nous tient ensemble et qui nous engage dans cette aventure. Nos origines professionnelles sont variées, souvent très éloignées : écrivains, journalistes, critiques, universitaires, médecins, artistes, artisans et autres. Vous trouverez « qui nous sommes » dans la rubrique « à propos … de l’équipe ».

Nous voulons être un lieu de réflexion et d’analyse sur l’écriture mais aussi une source d’information sur l’actualité littéraire la plus immédiate et un espace de création. "

À LA DECOUVERTE DE PAUL PERET-MEYSSAN :

http://www.lacauselitteraire.fr/paul-peret-meyssan-une-passion-l-ecriture

 

Interview par la journaliste belge F. KUCK de "L'Eupenews"

mardi 8 mars 2011

  • D'où vous est venue l'idée d'écrire des livres ? Et comment vous est née la passion d'écrire ?

  • Un jour, un événement m'a fait réfléchir et tout un tas de choses me sont arrivées à l'esprit. Un schéma, des situations, des ressentis, bref tout un cocktail qui m'a incité à coucher sur le papier une histoire. Puis, je me suis dit, mais voyons, oui avec un peu d’imagination, je pourrais faire vivre ou revivre ces êtres du passé que j'aime tant et qui m'interpellent. Alors je me suis lancé à écrire. Oh, ce n'était pas la première fois, j'ai par le passé, durant ma jeunesse, écrit quelques textes ou poèmes, mais pas de livre. Commençait alors pour moi une immense et intense aventure. Un grand voyage à travers le temps, faisant vivre, faisant parler des personnages dans des situations dont je deviens le seul maître. Quoi de plus passionnant et quoi de plus fascinant.

  • De qui, de quoi vous inspirez-vous lorsque vous écrivez ?

  • Avant tout l'Histoire est pour moi source d'inspiration, véritable toile de fond de mes récits. J'ai découvert que des situations, des gens, des sujets relevant de la philosophie semblent me séduire. Observateur, j'aime analyser et comprendre le monde qui m'entoure, cela tout en faisant parfois référence au passé et à ceux qui l'ont vécu. Souvent je me dis, mais voyons, pourquoi considère-t-on que nous sommes si différents d'hier ? Pour ma part, je ne le pense pas. Depuis que l'homme est homme, il n'a guère changé. Seul son environnement a évolué, mais il ne l'a certainement pas métamorphosé.

  • Quelle est l'année de votre naissance ?

  • Voilà une question à laquelle je m'attendais. Il faut savoir qu'il m'est tout particulièrement difficile d'y répondre. En effet, tout dépend du temps dans lequel on se situe. Pour être franc, je dois vous avouer être dans l'impossibilité de vous dire mon âge. Je traverse les temps et les espaces-temps ; je veux dire par là que même si l'on me voit ici, au XXIe siècle, il me semble avoir déjà vécu à une autre époque, avoir vécu d'autres histoires que celles que je vis aujourd'hui. Bien malin est donc celui qui peut dire "de quand je date". L'important à mon sens, est ce que l'on a vécu, ce que l'on revit, et ce que l'on vivra. L'important est aussi la passion et l'envie que l'on peut ressentir à vivre ou revivre les choses, entouré de gens qui vous touchent, vous émeuvent et vous aiment. Quand on mesure tout cela dans une unité de temps qui nous dépasse, il est bien impossible de savoir l’âge que l'on a. Et cela somme toute, paraît dérisoire !

  • Quel est selon vous le meilleur moment pour écrire ?

  • Il n'y a pas vraiment de meilleurs moments plus que d'autres pour écrire. A mon avis, il convient d'être en condition, c'est-à-dire, l'esprit tranquille, loin des soucis quotidiens, se créer comme une bulle. Personnellement j’affectionne d'écrire en écoutant de la musique classique en rapport avec le rythme de l'écrit. 

  • Etant jeune, lisiez-vous déjà beaucoup ?

  • Pas vraiment, normalement. Mais je dois avouer qu'en prenant de l'âge on apprécie davantage la qualité des livres.

  • Quels est sont vos auteurs préférés ?

  • Chateaubriand, Baudelaire, Hugo, Maupassant, Tolstoï, et bien d'autres...

  • Quels sont vos centres d'intérêts, vos hobbies en dehors de l'écriture ?

  • L'histoire, la philosophie, la politique, la nature, la musique, les échecs.

  • Aimez-vous la musique ? Si oui, quels chanteurs ou chanteuses appréciez-vous particulièrement, et pourquoi ?

  • Oui, j'aime la musique. Surtout la musique classique, source d'inspiration : Liszt, Chopin Mendelssohn, Brahms, Beethoven, Paganini, Strauss, Offenbach, Bach, Lully. Mais aussi des chanteurs comme L. Pavarotti, L. Mariano, Aznavour, Brel, J.Iglesias, C. Dion, P. Collins, F. Cabrel, J. Halliday, J. Blunt, Dire Straits. Puis deux pianistes : H. Grimaud, Anne-Sophie Mutter, et Valentina Lisitza. Et pourquoi je les aime ? Parce que tout simplement, ils me transportent.  

  • Avez-vous eu d'autres métiers ? Lesquels ?

  • Oui ! Après des études de droit et de sciences sociales, durant 30 ans, j'ai exercé au sein d'un entreprise d'HLM l'emploi de gestionnaire, notamment dans le secteur de l'impayé et du recouvrement.

  • Quels sont vos projets pour le futur ?

  • Mes projets sont de poursuivre l'écriture ce qui me permettra non seulement de développer mon expression, mais aussi de témoigner et de laisser quelques traces de mon passage. Écritures de romans, mais aussi biographies. Pour conclure, il convient de ne retenir qu'un seul mot : Passion !

  • Merci !
  • Merci à vous et bonjour à la Belgique !

 

Interview par TEKLAL NEGUIB - Auteur - Critique

samedi 17 décembre 2011

- Qu'en est-il de votre carrière littéraire, et des divers ouvrages que vous avez ou que vous allez publier ?

«Carrière» est un bien grand mot, que me concernant, je refuse d'employer. Pour moi, les choses sont beaucoup plus simples que cela. Pour résumer, je dirais que tout est né d'abord d'une envie, de la recherche d'un plaisir.

Le sujet de mon premier livre, La magie du sapin de Pâques, n'était pas nouveau pour moi. Je m'étais depuis longtemps posé la question de savoir ce que feraient les hommes politiques des siècles passés, face à nos problèmes actuels. Me sentant poussé comme un voilier sous le vent, je me suis laissé aller à imaginer.

Mon deuxième livre, Les écureuils de mon enfance, est très différent du premier. Partant de souvenirs et de vécus, j'ai voulu pousser un coup de gueule contre des hommes et leurs manœuvres.

Puisque l'occasion m'en est ici donnée, je dois vous indiquer que deux manuscrits sont en attente d'être publiés :

- Chemin de destinées est une saga se déroulant sur trois générations, où la quête éperdue de liberté au service de la passion, exige le perpétuel surpassement de soi et conduit aux retrouvailles d'une famille déchirée par la rigidité et les préjugés.

- "Tournant d'une bataille à Eisenberg" raconte les souvenirs des vingt premières années d'un Corrézien nonagénaire. Au-delà d'une histoire d'amour fraternelle, on découvre un visage inattendu de la Seconde Guerre mondiale.

- L’écriture est-elle votre seul support d’expression artistique ?

Tout à fait ! Chacun son expression. Je n'en ai pas d'autres. Le roman me permet de m'exprimer et de mieux transmettre par-delà des histoires ou des contes, des messages, des sentiments, des réflexions.

- Pratiquez-vous des recherches ?

Bien sûr, et d'ailleurs elles sont très utiles, surtout quand l'Histoire avec un grand H sert de référence. En gros, mon principe est le suivant : sur un mur de réalité, d'histoire, j'aime y accrocher des portraits, des personnages de fiction.

Faire côtoyer le réel et l'imaginaire me plait particulièrement.

- Expliquez-nous en quelques mots le synopsis du livre, Les écureuils de mon enfance.

Un enfant de onze ans nous fait découvrir de doux moments partagés en famille avec ses parents et grands-parents. Pourtant, un jour tout bascule ! Ce qui n'était que joie de vivre et bonheur deviendra tristesse et souffrance. Le malheur s'abat sur les habitants d'un charmant petit hameau. Le respect de l'environnement et la morale l'emporteront-ils face aux hommes de profits et sans scrupules ? Des années plus tard, il reviendra sur les lieux et prendra conscience du souffle des anciens, grâce auxquels l'essentiel sera préservé. Au-delà de cette histoire, l'auteur nous rappelle la nécessité de préserver le véritable bonheur contre vents et marées.

- Dans ce livre, vous traitez de la chasse. Bien que tant d’auteurs ont su si bien la célébrer, celle-ci est de nos jours fort décriée. Quelle est votre position ?

Attention les modes et les positions, soit disant modernes, ne doivent et ne peuvent rayer d'un coup de plume les traditions d'un peuple. Je n'ai traité de la chasse qu'au travers de souvenirs rattachés à mon grand-père. Il ne s'agit nullement dans ce livre de traiter d'un phénomène de société.

Merci !

 

Interview par Rachid FILALI – Journaliste (El Watan)

http://www.elwatan.com/

 

samedi 17 décembre 2011

- Comment êtes-vous devenu écrivain, et pourquoi écrivez-vous ?

 - Je suis devenu écrivain, tout d'abord, parce que j'aime manier la langue française, et quoi de mieux pour moi que de m'en servir pour dépeindre et traiter les sujets qui me tiennent à cœur. Transmettre un message, faire passer à autrui des sentiments, des ressentis, et pourquoi ne pas interpeller le lecteur sur des problèmes d'ordre général ou particulier, voire de société. Enfin, essayer de communiquer le plaisir que je ressens et cela me semble essentiel.

- Votre premier roman, "La magie du sapin de Pâques" est un voyage dans le temps, vers le passé. Il est également une tentative d'appel à l'aide aux grands noms qui nous ont quittés, il y a plusieurs années. Ma question est la suivante : avez-vous perdu confiance en l'avenir et dans les hommes ?

 - Mon premier livre n'est pas un voyage dans le temps, ni vers le passé. Il est vrai que des grands hommes qui ont forgé l'Histoire viennent là visiter notre temps. J'ai voulu par ce livre montrer que nous n'étions pas, au XXIe siècle, les seuls propriétaires de raisonnements, de politiques, de sens pratiques, bref que l'intelligence humaine avait certainement la qualité pérenne d'exister au travers des siècles. Autant de nos jours, il nous arrive de faire appel à des experts contemporains, autant il m'a paru essentiel de considérer que des hommes du passé, pouvaient être en capacité de nous conseiller, du fait de leur propre intelligence, mais aussi au regard de leur expérience. Perdre confiance en l'avenir et ses hommes, consisterait justement à se refuser de considérer des ressources existantes dans le passé. Nos racines portent bien la mémoire nécessaire à notre développement. Ce livre se veut optimiste et plein d'espoir pour le futur.

- Vous avez savamment instauré une fine relation entre la littérature et l'Histoire. Pouvez-vous nous donner une explication claire sur la différence entre le réel et l'imaginaire ?

 - Le roman sert à semer de l'imaginaire dans le réel. Pour ma part, lorsque j'écris un livre de cette nature, je conçois le concept suivant : sur un mur réel, rattaché à l'Histoire, j'accroche des tableaux de personnages fictifs ou imaginaires, se mélangeant même parfois avec des personnalités ayant réellement existé.

- Tous vos écrits révèlent que vous êtes "obsédé" par l'Histoire. Comment expliquez-vous cet intérêt inhabituel de tout ce qui est passé. Pourquoi choisir d'écrire un roman historique ? Par exemple, pourquoi ne pas écrire directement sur l'Histoire ? En d'autres termes : pourquoi avez-vous choisi d'être un homme de lettres, et non un historien ?

 - Il est vrai que j'aime l'Histoire, alors j'apprécie de la faire transparaître dans mes romans. Pas dans tous, lisez «Les écureuils de mon enfance». Pour en revenir au roman historique, il s'agit pour moi de faire revivre le passé, recréer l'atmosphère d'une époque disparue : le romancier offre alors au lecteur un univers romanesque ancré dans l'Histoire. Les personnages fictifs croisent des personnages historiques, évoluant dans un cadre minutieusement reconstitué. Le pittoresque des lieux, des objets, le charme du dépaysement s'ajoutent à l'évocation des conflits politiques et militaires, des structures sociales, des confrontations idéologiques qui ont animé une époque.

- Avez-vous pensé à écrire des poésies, ou pour le théâtre ? Ou tout simplement préférez-vous le roman, votre sport préféré ?

- Vous ne croyez pas si bien dire, écrire est un sport. Pour répondre à votre question, j'ai dans ma jeunesse écrit quelques poèmes. Mais aujourd'hui le roman est pour moi beaucoup plus expressif. Il est pour moi plus aisé de communiquer, de transmettre par le roman qui pour moi et le symbole, l'outil véritable de la Liberté d'expression. Si mes romans inspirent le théâtre ou le cinéma, je n'en serais qu'honoré !

- Vous avez dit que les problèmes du monde viennent souvent de préjugés, et peut-être que vous abordez cela dans vos romans. Pensez-vous que les auteurs sont tenus d'être des prédicateurs et des guides moraux ?

- Pour faire simple dans ma réponse, l'écrivain allume la lampe, au lecteur de s'en servir ou pas pour éclairer son esprit et son chemin.

- Merci beaucoup pour votre collaboration et permettez- moi de vous souhaiter du succès.

- Merci à vous, et rendez-vous dans quelques semaines pour la sortie d'un prochain livre. A bientôt !

http://www.oudnad.net/spip.php?article289&lang=ar#.T-Q3nVLDXpw